Les enfants ont rendez-vous avec l'HISTOIRE : Jean GUILLERMIN témoigne

 

 

 

A l'initiative des maîtresses et avec l'appui de Pierre Guillet, maire, les élèves du 3ème cycle (CE1, CE2, CM1 et CM2)  se sont rendus à la salle Garavand à Bény pour un rendez-vous avec une page de l'Histoire locale commune à Villemotier et à Bény.

 

72 ans, jour pour jour, après la bataille de Moulin-des-Ponts, les élèves accueillis par Maurice Maréchal, adjoint au maire de Bény, ont assisté à l'exposé présenté par Jean Guillermin, un maquisard bénéen, aujourd'hui âgé de 93 ans.

Avec un diaporama comme support, Jean Guillermin a situé le contexte de cette bataille dans la cadre de la seconde guerre mondiale. Il a relaté ce qu'étaient les chantiers de jeunesse, le service du travail obligatoire. Il a aussi expliqué le départ au maquis des jeunes de son époque. A l'aide d'une maquette qui représente le hameau de Moulin-des-Ponts en 1944, maquette prêtée par le musée de la Résistance et de la Déportation de Nantua, Jean Guillermin a expliqué le déroulement de la bataille qui a eu lieu dans ce hameau situé sur les communes de Bény et Villemotier. Il a parlé de son rôle de combattant, mais aussi celui de son père, boite à lettres du maquis et de celui de sa sœur, agent de liaison entre les différents groupes de maquisards.

 

Les enfants ont écouté avec une attention très soutenue. A la fin de l'exposé, Jean Guillermin a été littéralement bombardé de questions pendant près d'une heure. Comment se cachait-il ? Que mangeait-il ? Où dormait-il ? Avait-il été blessé ? Que buvait-il ? Que faisait-il en dehors de la bataille ? A t'il eu peur ? Et beaucoup voulaient savoir s'il avait connu leur arrière-grand-père, maquisard lui aussi. Les enfants ont ensuite repris le car pour faire une halte vers le monument aux Morts de Moulin des Ponts. Afin de terminer leur démarche de recherche historique initiée par la lecture du livre de Rolande Causse "Rouge Braise", les enfants se sont ensuite rendus à Courmangoux, au monument du "Grand Brûle".

 

Beaucoup d'enfants ont réalisé que derrière les textes écrits sur les pages du livre d'histoire, derrière les faits d'armes qui sont racontés, des personnes qui sont peut-être de leur famille ont vécu ces évènements, sont mortes ou ont survécu, mais surtout ont défendu notre liberté.

 

 

 

Dès l'annonce du débarquement allié, ordre est donné aux "hommes de l'ombre" de freiner la remontée des soldats du III° Reich.

 

Les troupes allemandes réquisitionnent des civils pour remettre en état routes et voies ferrées. L'ennemi approche de Saint-Etienne-du-Bois.

 

Les résistants savent que les nazis n'ont plus que quelques kilomètres à faire. 450 hommes, soit quatre compagnies, stationnent autour de Moulin-des-Ponts. Une stratégie d'attaque des troupes ennemies est mise en place. Le 13 juin, les sentinelles sont placées.

 

Le lendemain, au petit jour, les maquisards partent vers le lieu choisi pour l'embuscade. L'ennemi est attendu par la route. L'ordre est "laisser entrer les boches et ne plus les laisser ressortir. Concentrer le feu sur les passages et les ponts". La matinée passe ...

 

Treize heures, un train blindé arrive en gare. Très mauvaise surprise. Personne ne l'attendait.