ECOLE et Périscolaire

Dans le cadre du "Printemps des Poètes", qui, pour l'édition 2017, a pour thème "Afrique(s)", les élèves de l'école primaire, sous la direction de Céline Prosper (CM1 et CM2) et de Isabelle Teil (CP, CE1 et CE2), ont fait travailler leur imagination pour écrire de très belles poésies. Nancy Renoud et Blandine Girardet (maternelles PS à GS) ont aussi participé à la création poétique. C'était un projet qui concernait tous les élèves de l'école.

 

Pour construire leur poème, les élèves devaient inventer des formes expressives en suivant un certain code. Ainsi, ils avaient la possibilité de choisir plusieurs styles : l'acrostiche (les enfants devaient construire un poème, une strophe ou une série de strophes, dont la première lettre, lue verticalement, constituait le mot "Afrique"), l'homéoptote (ils devaient trouver des mots qui sonnaient de la même façon afin de créer une rime avec le son "que" du mot "Afrique"), le caviardage (à partir d'un texte sur l'Afrique, les enfants devaient repérer des mots qui avaient un rapport avec le thème "Afrique" et griser les mots qu'ils ne voulaient pas garder, tout en laissant une cohérence de lecture à l'ensemble) ou le cadavre exquis (les enfants devaient écrire secrètement un groupe nominal, plier la feuille pour cacher ce qui venait d'être écrit, inscrire un verbe, cacher ce verbe, ajouter un complément, toujours sur le thème de l'Afrique, déplier et lire le tout).

 

Après avoir reçu des explications simples et précises concernant le travail à effectuer, les élèves ont, avec leurs enseignantes, réfléchi au mode de construction d'un poème. Seuls ou par petits groupes, les élèves ont fait leur choix, un choix qui s'est révélé varié. Et ensuite, au travail ! Un poème est fait pour être lu et apporter du bonheur, il est aussi fait pour faire passer un message. Aussi, les poèmes écrits par les enfants ont été distribués dans quelques quartiers de Villemotier.

 

A l'issue de la matinée de travail, les élèves de CM1 et CM2 ont fait part de leurs réflexions : ça nous fait imaginer un vocabulaire ! Pour trouver des mots, on s'est aidé du dictionnaire ! Y'a aussi des parents qui nous ont aidé ! Pour le caviardage, on n'avait pas besoin de réfléchir à l'orthographe et on ne pouvait pas faire des fautes puisque tous les mots étaient écrits ! J'aime bien réfléchir, c'est bien de faire une poésie ! Faire un texte en prose, ça aurait été beaucoup plus dur et surtout beaucoup moins amusant ! La poésie, c'est beau ! " Céline Prosper, la maîtresse de cette classe précise : " Il faut que les enfants prennent plaisir à faire de la poésie pour pouvoir travailler sur d'autres poèmes plus complexes et ils ont beaucoup aimé ! Ils ont produit leur travail et mis au propre en une heure seulement ! ". A noter que les enseignantes avaient convié les parents qui le souhaitaient à participer à cette matinée "découverte de la poésie", mais quelques-uns seulement ont osé répondre à l'invitation.

 

L'essentiel est la prise de conscience de la créativité et de la beauté de la langue française. Mais chacun d'entre nous n'est-il pas un peu poète ?

 

Le "Printemps des Poètes" est une manifestation créée en 1999, à l'initiative de Jack Lang, alors ministre de la Culture. Elle se déroule en France et au Québec. Jack Lang voulait inciter le plus grand nombre de personnes à célébrer la poésie, quelle que soit sa forme d'expression, à l'image de la fête de la musique qui avait vu le jour en 1982. En 2016, la manifestation culturelle a reçu le prix Goncourt de la poésie pour l'ensemble de sa création. Chaque édition a un thème particulier qui est Afrique(s) pour l'édition 2017.

 

Si chacun de nous a toujours en mémoire un poème de Arthur Rimbaud, Victor Hugo, Guillaume Apollinaire, Paul Verlaine ou Jean de Lafontaine, la poésie a beaucoup évolué au fil des siècles. C'est une forme d'expression très ancienne et c'est peut-être la première expression littéraire qui utilisait le rythme. Dès le III ème siècle avant Jésus-Christ, la poésie était utilisée pour mémoriser et transmettre oralement des textes religieux. Pour arriver à la poésie actuelle, de nombreuses formes poétiques ont vu le jour : en vers, avec des règles précises ou beaucoup plus libres, en prose, en verset, ... , avec un travail sur la musicalité, les rythmes, le vocabulaire, les figures de styles, ... et sur différents genres comme les poèmes lyriques ou d'avant-garde. La fin du XXème siècle voit apparaître le "Slam". C'est une poésie orale, urbaine qui est déclamée dans la rue et les espaces publics. Le but est de dépasser les barrières sociales et de partager avec le plus grand nombre. En  2004, organisé par la fédération française de Slam-Poésie, le 1er grand Slam national réunit à Nantes des équipes de poètes venus de toute la France. Depuis, le Slam français est très dynamique et en constante évolution.